Le 18 juillet, un an jour pour jour avant la 12e Fête des Vignerons, une centaine d’invités se sont réunis à l’heure de l’apéro sous la Grenette, Place du Marché à Vevey, pour marquer les 365 jours qui nous séparent de l’événement. Partenaire de la Fête, la marque suisse Tissot a dévoilé une horloge compte à rebours aux couleurs de la manifestation.

364 jours et quelques heures: le compte à rebours dévoilé mercredi 18 juillet 2018 par l’Abbé-Président de la Confrérie des Vignerons François Margot et par Carole Sunier, responsable marketing de la marque horlogère Tissot, avait à peine commencé. L’horloge digitale arbore les étourneaux et grappes de raisin emblématiques de l’édition 2019 de la Fête, ainsi que le logo des célèbres montres suisses. «Organisée une fois par génération, la Fête des Vignerons est fortement liée à la symbolique du temps, représentée par ce compte à rebours, explique Carole Sunier. L’horloge mobile présentée aujourd’hui suivra les organisateurs dans leurs déplacements promotionnels, tandis qu’un compte à rebours fixe, représentant les quatre saisons du vigneron, sera installé avant la fin de l’été à la Place de la Gare de Vevey».
Les invités officiels, organisateurs, journalistes, Partenaires, bénévoles, acteurs-figurants et représentants des milieux culturels veveysans présents à La Grenette de Vevey en cette radieuse fin de matinée n’ont pas attendu l’horloge pour compter le temps. Dans l’assemblée, on retrouve le même sentiment: l’enthousiasme se mêle à la tension d’un travail de longue haleine, auquel tout le monde prête main-forte. Dans son discours, Elina Leimgruber, syndique de Vevey, rappelle que dans un an, Vevey deviendra la capitale patrimoniale, culturelle et emblématique de la Suisse, mais qu’un long chemin nous sépare encore de ce moment. Directeur Exécutif de la Fête, Frédéric Hohl résume les émotions ressenties par chacun: «Ferveur, engouement, enthousiasme et surtout fierté». Il explique que les organisateurs et la vingtaine de commissions bénévoles qui les entourent sont à pied d’œuvre, notamment concernant les questions de construction, mobilité, sécurité, exploitation (développement durable en tête) et billetterie. À l’attention des commerçants et habitants amateurs de produits du terroir, Frédéric Hohl annonce que dans la Ville en fête, on retrouvera une soixantaine de stands de restauration, dont 50% viennent de Vevey, 40% du canton de Vaud et 10% des régions voisines, telles que Fribourg. «On en parle depuis 2009, mais cette longue gestation est en train de s’accélérer», explique enfin l’Abbé-Président, avant de révéler quelques éléments de l’œuvre de Daniele Finzi Pasca.
En guise de préambule œnologique à un apéritif convivial, Daniel Dufaux, Président de la Commission des vins de la Fête, exprime le souhait que la sélection des nectars soit un véritable hommage au travail des vignerons. Autour du stand de dégustation, on confirme que la mission est accomplie! Au gré des discussions cordiales, on sent l’énergie positive, comme un élan afin de franchir les 364 jours jusqu’à l’ouverture de la Fête. Bénévole venue de Lausanne, Léonie se sent «motivée et engagée». Cette Fête, c’est sûr, elle voulait en être! Les habitants et commerçants veveysans trinquent aussi à cette célébration de plus en plus proche. Damien, gérant d’un nouveau café à Vevey, est conscient que l’effervescence de la mise en place de la Fête dans les prochains mois va changer les habitudes de ses clients, mais il réfléchit surtout à une offre spéciale qu’il pourra mettre en place l’été prochain afin d’être en accord avec l’événement. Même enthousiasme du côté de l’office du tourisme de Montreux Riviera et de son responsable marketing, Grégoire Chappuis: «Nos efforts se tournent surtout vers les défis à relever en termes de communication et de promotion de notre région auprès des futurs spectateurs. Au sein de notre équipe, on se dit qu’on y est enfin, on se réjouit et tous nos collaborateurs ont réfléchi à la manière d’apporter leur pierre à l’édifice, que ce soit en tant que bénévoles, figurants ou dans leurs tâches quotidiennes.» Anick Goumaz

PHOTOS: Sandra Culand et Pierre-Dominique Chardonnens