Les vignerons couronnés, héros de la Fête

Retour aux actualités

Les vignerons couronnés, héros de la Fête

Le couronnement des vignerons-tâcherons est au cœur de la Fête des Vignerons. Le classement des lauréats, suite aux multiples visites des experts de la Confrérie des Vignerons, est le secret le mieux gardé de la Fête.

La fébrilité est palpable, les oreilles sont tendues mais les bouches restent closes. A huit mois du Couronnement des vignerons-tâcherons, le secret est jalousement gardé par les cinq Conseillers de la Confrérie des Vignerons membres de la Commission d’Échantillonnage. Ils ont la lourde tâche d’examiner les notes attribuées aux 94 vignerons-tâcherons, dont trois femmes, par les Experts de la Commission des Vignes. Ils doivent encore établir les moyennes et le classement des vignerons- tâcherons qui recevront tous une prime et une médaille (d’or, celle réservée à la seule Fête des Vignerons, d’argent ou de bronze). S’ils sont rompus à l’exercice des calculations des moyennes justifiant l’attribution des primes — ils procèdent ainsi pour chaque Triennale de la Confrérie des Vignerons —, la tâche a quelque chose de solennel ces derniers temps. Le dépouillement porte sur les cinq dernières années précédant la Fête et il s’agit, ni plus ni moins, que d’établir le classement au sommet duquel figure le Roi de la Fête et des vignerons-tâcherons de sa génération. Un classement qui se joue parfois au millième de point. Aucun droit à l’erreur !

Pas de Fête sans Couronnement!

Le Couronnement constitue le cœur de chaque Fête des Vignerons. Symbole par excellence des activités régulières de la Confrérie des Vignerons, il n’y aurait tout simplement pas de Fête sans le Couronnement ! Si, de nos jours, le spectacle éclipse souvent cette cérémonie, il ne faut pas oublier que la première Fête de 1797 fut créée tout spécialement pour intégrer définitivement cet acte solennel aux Parades de la Confrérie des Vignerons. L’initiative en revient aux Conseillers et à l’Abbé-Président de l’époque, Louis Levade, qui décidèrent de ne plus simplement distinguer les meilleurs vignerons-tâcherons en les plaçant en tête de la parade, mais de les couronner.

Le couronné n’est pas celui qui produit le meilleur vin…

Dans les Directions concernant les soins à la vigne, la visite des experts de la Confrérie et le concours lié au résultat des visites, telles qu’elles sont appliquées aujourd’hui, l’introduction est des plus évocatrices à ce sujet: «Le vigneron cultive la vigne de manière rationnelle en évitant tout excès. Il vise à obtenir des récoltes de bonne qualité et, si possible, régulières d’année en année. Il maintient les ceps en bon état pour en assurer la longévité. Il évite avec soin toute dégradation du sol et met tout en œuvre pour protéger l’environnement de manière durable.» Cette description des tâches du vigneron exemplaire résonne presque comme un credo. Le vigneron-tâcheron couronné n’est donc pas celui qui produit le plus de raisin ou le meilleur vin mais bien celui qui cultive avec patience, rigueur et application sa vigne.

Souvenirs de vignerons couronnés

Selon le Roi de la Fête des Vignerons de 1999, Raymond Favez, le Couronnement ne représente pas un but en soi pour les vignerons-tâcherons soumis à la visite des Experts. «C’est un concours et l’essentiel, c’est de faire un joli travail, explique l’ancien vigneron-tâcheron de la Cure d’Attalens à Corsier-sur-Vevey. On a à cœur que ce soit bien fait, que la vigne soit bichonnée et on est obligé d’être en avance dans les travaux.» Être le roi de la Fête des Vignerons de 1999 n’a pas changé grand-chose dans sa manière de cultiver sa vigne mais lui a apporté une certaine renommée. «Quand j’arrivais quelque part, explique-t-il. On disait : “ Voilà le couronné ! ”» Mais cette consécration n’a jamais été un argument de vente pour le vigneron-tâcheron de la maison Obrist à Vevey. «Il faut demander au propriétaire, rigole-t-il, peut-être qu’il a vendu plus de bouteilles à cause de moi.»

Et en 2019?

Raymond Favez sera présent lors de la cérémonie du Couronnement de la Fête des Vignerons. Comme la tradition l’exige, il se lèvera tôt pour rejoindre la Confrérie des Vignerons, les autres vignerons-tâcherons et les acteurs-figurants au chant du coq. Il sera prêt à entrer dans l’arène à 19 h pour la première représentation du spectacle, le jeudi 18 juillet 2019. Il ne saura qu’au moment où son nom sera prononcé quelle place il a obtenu dans le classement tant attendu. A ce sujet, le metteur en scène reste muet. Il ne connaîtra pas non plus le nom des vignerons couronnés avant l’heure, mais il réserve sans aucun doute un hommage et une cérémonie toute particulière aux vignerons, ces «gens passionnés» qui l’ont «aidé à plonger dans le mystère de la vigne, à la fois intemporel et très contemporain» (Le Magazine, Numéro Un, Automne 2018, p. 68). Et du côté de la Commission d’Échantillonnage ? Rien ne filtrera jusqu’au 18 juillet 2019. Ni les cinq Conseillers qui la composent, ni même l’Abbé-Président, personne ne connaîtra le nom des heureux élus avant la cérémonie officielle.

  • Théophile Steinlen © Confrérie des Vignerons

  • Cérémonie du Couronnement de la Fête des Vignerons de 1851, caricature de François Boçion, 1851 © Confrérie des Vignerons

  • Fête des Vignerons 1889 © Confrérie des Vignerons


Le Couronnement 2019 par François Margot, Abbé-Président de la Confrérie des Vignerons

Lever de rideau sur la célébration de la Fête des Vignerons, la première de ce spectacle prélude à une journée hors du commun. C’est le jeudi 18 juillet 2019 en début d’après-midi que chacun rejoindra Vevey et l’arène de la Fête pour vivre des moments rares. Comme on se rend à une cérémonie qui marque une vie d’une pierre blanche. A sept heures, la Fête des Vignerons 2019 sera déclarée ouverte. Le déroulé de la féérie du spectacle de Daniele Finzi Pasca sera ensuite dévoilé pour la première fois aux yeux du public — avant d’être répété chaque jour jusqu’au 11 août 2019. La cérémonie du Couronnement donnera cependant au premier jour de la Fête un caractère tout particulier : à l’apogée de sa mise en scène, les vignerons-tâcherons seront appelés pour voir leur talent reconnu et applaudi. Et les meilleurs d’entre eux couronnés d’hommages publics qui rejailliront sur leur renommée. Le spectacle se poursuivra encore jusqu’à un grand tableau final avant que chacun, vignerons honorés en tête, soit invité à parader entre Vevey et La Tour-de-Peilz. C’est bien un cortège qui prendra alors la suite des festivités du jour. Il réunira tous les acteurs-figurants du spectacle, les membres de la Confrérie, des fanfares qui entoureront les héros du jour dans la joie et la reconnaissance. Le public pourra assister librement au passage de cette fresque humaine dans les rues des deux villes voisines puis sur leurs quais bordant le lac Léman. Après ce tourbillon de couleurs et la chaleureuse effervescence populaire qui s’en dégagera, place au banquet. Tant de reconnaissance donne faim. Tous les participants qui ont formé le cortège seront conviés, aux côtés des invités de la Confrérie des Vignerons, à prendre part à un repas servi dans des lieux aussi nombreux que les besoins de réception l’exigent: plusieurs milliers de convives seront reçus à cette occasion! Puis la liesse se poursuivra sans doute jusqu’à la nuit…


Daniele Finzi Pasca raconte le Couronnement 2019

«Nous avons voulu mettre le Couronnement au centre de ce spectacle pour rendre hommage aux vignerons-tâcherons. J’ai souhaité que le Couronnement soit placé au moment le plus émouvant du déroulement du spectacle, pour donner de l’espace aux vignerons, à leur vie, à leur travail, et à travers eux remettre au centre la tradition liée à la Confrérie. Donner de l’espace et de l’importance au Couronnement, c’est aussi permettre une réflexion autour de l’art dans chaque travail. Primer les meilleurs signifie primer l’attention, la recherche de perfectionnement que l’on voit à l’œuvre dans tous les gestes, même dans ceux liés au travail avec la terre, avec la nature, avec sa force et sa faiblesse. Le travail des vignerons nécessite une grande capacité d’harmonisation avec la nature. Pour cela, ils doivent s’ouvrir à l’intuition et à la sagesse des gestes que nos ancêtres nous ont transmis. Placer le Couronnement au centre du spectacle, c’est ainsi à la fois retrouver les racines de cette Fête et chercher à rapprocher les nouvelles générations des gestes que lentement nous perdons de vue mais qui d’un coup, dans ce spectacle, vont devenir des déclencheurs d’émotions.»


Texte : Guillaume Favrod – Photos: © Confrérie des Vignerons